Rencontre créateurs// Charlotte Le Stum- Meyer « Le vestiaire de Jeanne »

Charlotte le Stum Meyer est l’une des « pièces rapportées » (entendre valeurs ajoutées !) de notre bande de joyeux lurons, inséparables depuis le lycée… Créatrice de la marque le Vestiaire de Jeanne, je suis hyper admirative de son travail. J’aime la façon qu’a Charlotte d’appréhender son métier de designer, de femme et de chef d’entreprise. J’avais vraiment à coeur des vous parler de son travail et de sa jolie marque « Le vestiaire de Jeanne » qui fête son dixième anniversaire…

MOSAIQUE 10A - copie

Du lin brut, de la laine, un esprit intemporel et des coupes ultra maitrisées, c’est cela le vestiaire de Jeanne. Du noir, du blanc, de jolies rayures, une gamme maison sobre et élégante, mais aussi et surtout une fabrication 100% Française qui utilise des matières nobles. Les tissus du VDJ sont tous fabriqués en Europe (France pour le lin, Belgique pour la soie, Italie pour les lainages, Espagne pour la maille) et la totalité de la production est réalisée à Nîmes.

Charlotte m’a accueillie dans son show room Nimois et a accepté de se prêter au jeu de l’interview pour Wherebeesare !

 

Question bête, mais … Pourquoi le vestiaire de Jeanne?

Tout a commencé avec ma sœur, Jeanne, qui avait alors 6 ans. Nous sommes une famille de femmes et de sœurs, dans laquelle la mode a toujours eu une place importante. Nous avons toujours partagé ensemble ce goût pour des matières nobles, ainsi que pour des formes minimalistes. A cette époque là, du coté de la mode pour enfants, c’était pas vraiment la joie! Difficile de trouver des vêtements qui nous ressemblaient! Un jour on m’a prêté une machine à coudre, et j’ai commencé à expérimenter… Je me suis mise à démonter des vêtements, à faire des essais. Jeanne à grandi, les vêtements et la marque aussi ! Aujourd’hui la gamme enfant existe toujours sur les modèles basiques et le VDJ a intégré les quatre sœurs, deux frères, mère et grand mère… Toute la famille est mise à contribution pour incarner et faire vivre cette marque qui nous ressemble !

DSCF5289 - copie
premier modèle créé pour Jeanne – Blouse en lin à manches courtes

 

 

« Créatrice » c’était écrit d’avance? Quel est ton parcours?!

Mais alors pas du tout ! Depuis petite j’aime les fringues… mais le milieu de la mode qui est très compétitif et fonctionne en permanence sous pression, m’a toujours beaucoup impressionné et me faisait peur. J’étais partie pour faire médecine… J’ai commencé a créer pour Jeanne au cours de la deuxième année. Les parents de ses copines de classe m’ont alors passé des commandes. Je postais des « tenues du jour » chaque jour quand Jeanne rentrait de l’école, sur un blog que j’avais créé à l’époque. On pouvait y voir des pièces de créateurs ainsi que mes débuts en couture! De fil en aiguille (!) le blog a été découvert par des boutiques, qui ont commencé à me passer des commandes.

Tout ceci était un peu étourdissant ! Je me suis lancée un peu à l’aveugle, en me disant que je ne prenais pas beaucoup de risques ! Si le Vestiaire de Jeanne ne fonctionnait pas, je pourrais toujours reprendre le chemin de la fac de médecine… C’était il y a dix ans… Aujourd’hui VDJ est distribué aux quatre coins du monde et fait travailler une dizaine de personnes en France…

46978f44e813e3fa9fb071f879b11846

Concrètement ton quotidien chez VDJ, ça ressemble à quoi?

C’est une question amusante! j’ai eu quelques stagiaires qui pensaient qu’elles allaient concevoir ou faire du patronage toute la journée et qui ont été assez surprises de voir que l’on y consacrait qu’une très courte durée… Je passe beaucoup plus de temps sur mon ordinateur que sur une machine à coudre ! Je m’occupe de toutes les photos ainsi que de la communication de VDJ. Je mets en ligne les articles. Plusieurs fois par semaine, je me rends à l’atelier (NDlR: Charlotte sous traite la production des pièces du vestiaire de Jeanne à un atelier de production formé par les anciennes couturières de la maison Cacharel à Nîmes) pour superviser la production des collections – c’est d’ailleurs un des grands avantages d’avoir un atelier en France, sur place, tout est réalisable en direct…- Chaque jour amène également un peu de contact avec la clientèle…

La partie créative se concentre sur 3/4 mois par an, au moment des lancements des collections. Une fois le vêtement conçu et crée, il faut bien le vendre! Je dirais que c’est ce qui prend le plus de temps!

Et puis je m’amuse pas mal sur les réseaux sociaux aussi! Je poste toutes nos nouveautés et instantanément, le monde entier y a accès ! C’est assez épatant! Internet a été formidable pour moi, je suis partie d’un blog et je ne l’oublie jamais…!

Justement, quels conseils donnerais tu à de jeunes créateurs qui voudraient se lancer?

Je leur dirais d’utiliser internet au maximum! Et également de se faire aider pour la partie gestion/finance. Le calcul de prix, les statistiques de vente, l’optimisation etc… C’est un vrai métier, ça ne s’invente pas ! Cela peut paraître effrayant au départ, mais je dirais que c’est essentiel, et que cela sera vite rentabilisé !

Quel est le « truc » que tu préfère dans le fait d’être entrepreneur? 

Le fait d’être mon propre patron ! Je peux même affirmer que cela a toujours été une de mes ambitions principales, et ce depuis toute petite… C’est une liberté incroyable!…Même si je travaille 10h/ jour, et souvent le samedi! Haha!

J’adore travailler pour moi, et je suis hyper engagée car c’est MON produit! Etre entrepreneur implique énormément de pression, tout le monde vous le dira, mais en ce qui me concerne, quand je fais le compte, il y a plus d’aspects positifs que négatifs… Il faut être investi à 200% et encaisser les coups de pression! Je travaille avec une associée qui est également salariée de l’entreprise et c’est important pour moi de pouvoir communiquer, échanger et faire évoluer la marque. On se sent vite isolé et c’est primordial de s’entourer d’une vraie équipe.

Le vestiaire de Jeanne est en plein développement, quels sont tes projets ou tes rêves complètement fous pour ta marque?

La marque se développe de manière assez constante depuis le début de sa création, et cela me convient!

Nous avons commencé avec l’enfant, puis la femme, quelques pièces mixtes se sont ajoutées. J’aimerais pouvoir enrichir la marque avec une vraie gamme homme, afin que le VDJ habille toute la famille ! Toutes les générations ! Nous avons également une gamme maison et accessoires, très minimaliste, à l’image de l’enseigne, qui plait énormément.

Tu te vois où dans dix ans?!

Le vestiaire de Jeanne a dix ans… J’espère que dans dix ans nous fêterons ses vingt ans! J’ai envie de continuer à developper la marque, de continuer à la présenter à ma clientèle… Je présente mes collections au public et à mes acheteurs étrangers en ouvrant une boutique éphémère pendant la fashion week à Paris. Peut être que la continuité de l’aventure VDJ serait d’ouvrir une boutique 100% à l’image de la marque, où je pourrais rencontrer ma clientèle.. mais je ne me met pas la pression ! Les choses se feront ou, ne se feront pas, assez naturellement !

Qu’est ce qui t’inspire? T’attire? A quoi est ce que tu aspires?

Je suis fascinée par beaucoup de choses. Je collectionne les livres de photographie, notamment de photographies anciennes. August Sanders a photographié toutes les catégories socioprofessionnelles du XXeme siècle, je suis passionnée par ces images de vêtements anciens et par leurs usages et utilités. Mon influence a également toujours été tournée vers les créateurs japonais tels que Yohji Yamamoto ou Rei Kawakubo la créatrice de la marque Comme des garçons.

De manière générale je suis très curieuse, mon inspiration est faite de ressentis face à des films, des expositions, je passe également beaucoup de temps sur Pinterest ou bien à observer des clichés de street style ou des magazines ! Mon inspiration est vraiment sans limites !

 

En tant que « créatrice du sud » tu nous donnes quelques unes de tes bonnes adresses locales ?! 

Question food, la Piazetta à Nîmes place du chapitre parce que c’est notre resto familial et quartier général! Je fréquente également assidûment les Halles de Nîmes pour y acheter des produits frais ou déjeuner sur le pouce à l’auberge ! J’aime bien manger, mais je ne cuisine que très peu…

Pour ce qui est de la déco, j’aime assez la boutique violette à Montpellier Honoré ou Maison empereur à Marseille ou l’on trouve absolument de tout! On peut passer 2h à choisir une passoire…

Coté fringues, j’avoue que si je crée des vêtements c’est avant tout pour moi et ma famille ! Alors je pioche dans mes créations ! Je collectionne également, par plaisir, des pièces de designers que je trouve chez de la Luce à Montpellier.

En termes de sorties, je bosses beaucoup trop pour sortir ! Hahaha ! Pendant la semaine c’est toujours compliqué mais je me ressource auprès de mes proches, famille, compagnon et amis dès que j’en ai l’occasion, et le lieu importe peu!

Quelle est l’actu du Vestiaire de Jeanne dont tu peux nous parler?

Nous fêtons les 10 ans du Vestiaire de Jeanne sur le site à travers 10 modèles iconiques tels que les bloomers, sarouels et combinaisons du VDJ produits en séries limitées.

Nous serons également présents au salon vivre coté Sud à Aix en Provence du 2 au 5 Juin 2017 et prévoyons notre prochain passage à Paris lors de la fashion week fin Septembre pour présenter la Collection SpringSummer 18… le jour des 18 ans de Jeanne!

Vous pouvez suivre les aventures du Vestiaire De Jeanne sur Facebook ,Instagram ainsi que sur le blog VDJ.

Accès au Showroom VDJ sur rendez vous au 23 rue Rouget de Lisle – 30 000 Nîmes

un petit mot doux? c'est ici!

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s