DIY petite robe de printemps aux broderies berbères (sans patron)

Vous n’êtes certainement pas passé à coté de cette information capitale: la broderie revient en force… Ajoutez à cela un brin d’influences ethniques et berbères , une directe invitation au voyage, une gaze de coton toute légère et vous obtiendrez LA petite robe parfaite de demi saison… Elle annonce les beaux jours  et opère une séparation en douceur avec ce pull doudou que vous avez tant de mal à lâcher!

Depuis quelques temps déjà que j’avais envie de me lancer dans la réalisation d’une robe entièrement brodée. En commençant à créer mon mood board , je me suis très vite rendue compte qu’il allait falloir choisir une destination… car même si les motifs hongrois, les fleurettes colorées, les colors blocks d’influence aztèque et les motifs ethniques me faisait tous de l’oeil, les mélanger sur une robe, en plus du travail titanesque que ces broderies pouvaient représenter, faisait également tout de même beaucoup d’informations à assimiler…

C’est du coté du Maroc que j’ai décidé de retourner (vous vous souvenez sans doute de ma mini robe Kaftan (click) réalisée l’année dernière et qui ne m’a pas lâché de l’été…) avec un jeu de motifs mi graphique/ mi ethnique -comme tatoué- en noir sur un gaze de coton blanche.

Une réalisation plutôt simple, une ligne épurée qui supporte autant un perfecto et des talons les jours frisquets que des espadrilles et une veste en jean lors des belles journées 😉

Materiel:

  • 2 mètres de tissu
  • du fil à broder ( 2 pelotes de coton perlé n° 5 DMC pour ma part)
  • un crayon à papier (ou feutre textile)
  • votre tour de taille -10 cm d’élastique
  • des épingles, du fil, une machine à coudre et des ciseaux

Etape 1:

patron

Reportez le traçage de l’encolure sur votre textile et dessinez votre motif tout autour. Idem pour la jupe. Aidez vous pour ce faire des photos et indications en images. Brodez votre motif au point chainette.  Lavez votre textile de sorte à faire disparaitre les traces de crayon. La broderie peut sembler longue et fastidieuse, mais en réalité cela à été bizarrement assez facile et rapide pour ma part!

Etape 2:

Découpez votre encolure à 2cm de la broderie , rempliez et marquez avec des épingles avant de réaliser un ourlet. Ne lésinez pas avec les épingles dans les arrondis, cela vous faciliteras nettement la couture!

Etape 3:

Repliez le haut de votre robe en deux, endroit contre endroit et marquez les cotés et dessous des bras avec des épingles avant de réaliser une couture.

Etape 4:

Sur le bas de votre robe, réalisez un ourlet large (afin de pouvoir y glisser une élastique) sur la partie haute, ainsi qu’un petit ourlet sur le bas. Assemblez en « tube » (pour ma part j’ai ajouté une doublure à cet endroit car je craignais que le tissu blanc ne soit trop transparent) insérez ce tube sur le haut de la robe. Epinglez et piquez afin que le haut et le bas soient solidaires.

Etape 5:

En utilisant la technique qui vous convient le mieux (baguettes chinoises, épingles à nourrice, crochet ….)  insérez votre élastique dans l’ourlet de ceinture que vous aviez réalisé. Ajustez la tension si nécessaire, et fixez votre élastique en réalisant plusieurs passages de points zig zag à la machine! C’est fini!

TAAAAaaddAAAAa !

Il faut absolument que je vous parle de cette escapade ostréicole qui plante le décors de cette série de photos (de dingue!) réalisée par ma #partnerincrime célèbre et célébrée Charlène Pélut

Nous voila donc un samedi ensoleillé, de bon matin , prêtes à en découdre et à donner tout ce que nous avions, en direction du parc ostréicole de Leucate ou j’avais déjeuné avec l’amoureux et repéré une cabane absolument adorable…

La cabane des tontons donc. Du bois flotté, des « rideaux » de coquilles d’huitres, de jolies couleurs tantôt vives, tantôt lavées par la mer et par le vent (qui règne en maitre sur Leucate mais qui était absent ce jour là) une tonnelle ombragée, des filets de pêche et une atmosphère qui appelle franchement à la détente, en mode coquillages et crustacés. Nous nous approchons afin de demander l’autorisation de faire quelques clichés dans ce lieu fort hospitalier…

« Oh mais attendez! le prince va arriver! »

« Le prince? »

Le prince de la lagune mes amis! Un personnage si généreux, si passionné, si touchant et attendrissant, heureux de nous faire découvrir son royaume de nous parler de son métier, des huitres en forme de coeur qu’il a créé et dont il a le secret, de l’ostréiculture transmise dans la famille comme certains le font avec la vigne ou les terres. Une belle gueule burinée par le soleil, des tatouages -forcement marins- Christophe Guinot aka « le prince » est une de ces personnes dont la rencontre vous apporte tellement d’un coup que lorsqu’on le quitte on se demande « Mais que vient il de se passer?! »

Une dégustation improvisée sur la terrasse, seules au monde, avec « le petit coup de blanc » à 10h du matin,  je crois, sans hésiter, pouvoir vous dire qu’il s’agit des meilleures huitres que je n’ai jamais dégusté… Foncez y les yeux fermés, qu’il s’agisse de l’accueil ou de la qualité ❤

« La cabane des tontons » // et également « Chez cul d’oursin » – Parc ostréicole de Leucate – Rive droite