DIY robe encolure cache coeur sans patron (la petite robe noire parfaite pour les fêtes)

Nous y voila… Dernière ligne droite avant les fêtes de fin d’année!

La décoration, les cadeaux, leurs emballages respectifs ont été rayés de votre To Do List et vous ne savez pas quoi faire ce week-end?! Eh bien je dirais que les fêtes de fin d’année sont l’occasion parfaite de vous créer une petite tenue qui en jette …

L’année dernière j’avais réalisé cette merveille de robe en velours spécialement pour l’occasion et elle avait remporté un énorme succès… Sauf que … Je n’ai jamais réussi à la re-porter à nouveaux… Pour moi qui essaye de plus en plus à tendre vers de la slow fashion, à ne plus acheter de vêtements dont je n’ai pas besoin, et à avoir un comportement responsable en matière de mode, cette expérience a gardé une saveur un peu amère… Mon pari, pour la création de ma robe de fête cette année, était de créer une robe que je puisse reporter sans me sentir déguisée ou inappropriée …

Une petite robe noire donc… Car il faut bien l’avouer, c’est le vêtement dans lequel je suis le plus à l’aise. Pour moi c’est une sorte d’uniforme dans lequel je me sent bien. Simple, efficace et toujours chic, c’est LA tenue élégante parfaite, sans en faire de tonnes. Avec un bel escarpin, un chignon sophistiqué et de jolis bijoux elle sera parfaite pour le soir du réveillon… Mais je pourrais également en profiter tout au long de l’hiver en changeant quelques accessoires: une ceinture cloutée/des boots/ un perfecto pour un look un peu rock, superposée avec un pull doudou/un bonnet/ des cuissardes plates elle pourra être totalement quotidienne etc…

Coté matière j’ai eu envie de travailler un textile qui me faisait envie depuis bien longtemps: La mousseline plumetis dont je trouve les jeux de transparence et la fluidité délicats et raffinés. Cela impliquait donc de travailler une doublure pour cette robe, cette étape ne sera donc pas nécessaire si vous choisissez un tissu opaque!

Matériel nécessaire:

2mètres de mousseline plumetis // 2mètres de crêpe de viscose (pour un rendu fluide de la doublure) // Une fermeture éclair invisible de 30cm // Du fil noir, des épingles, des ciseaux, une machine à coudre// Une robe cintrée qui vous va bien et du papier journal.

 

Etape 1:

Etant donné qu’il vous faudra deux découpes identiques de chaque pièce de votre robe (la doublure + le plumetis) je vous conseille de créer un patron de la robe qui vous sert de modèle en décalant sa forme +1,5cm de couture sur du papier journal. Pour ce faire, positionnez chaque partie bien à plat et tracez en les contours.

Il vous faudra décalquer un dos (ici je n’ai copié qu’un coté, le tissu devra être positionné en double lors de la découpe) un devant droit et un devant gauche qui se chevauchent (ici à découper sans pliure du tissu) deux manches (tissu positionné en double et longueur rallongée dans mon cas puisque la robe utilisée était manche courte)

 

 

Etape 2:

Epinglez les patrons obtenus à vos tissu et procédez à la découpe de chaque morceau. Inutile de découper vos manches dans le tissu de doublure puisque le but de cette création est d’avoir une manche transparente.

 

Etape 3:

Epinglez et piquez le dos et les épaules droite& gauche ensemble pour chaque textile. Superposez vos deux assemblages endroit contre endroit, épinglez tout autour de l’encolure et réalisez une piqûre simple. Retournez votre ouvrage et aplatissez au fer à repasser.

Positionnez à présent vos manches de part et d’autre. Piquez les épaules, puis les cotés. Pour l’un de deux cotés, prenez le soin d’intégrer votre fermeture éclair invisible à votre création, juste en dessous de l’aisselle.

Essayez votre bustier et positionnez les deux pans avant de manière optimale afin qu’ils se croisent élégamment. Marquez leurs emplacements avec des épingles avant de le retirer (avec précaution!) et réalisez une petite piqûre pour stabiliser la forme du cache coeur.

 

Etape 4:

Découpez un rectangle (laie x longueur désirée) dans le plumetis ainsi que dans la doublure.  Réalisez deux jupons froncés (vous pouvez suivre ce tutoriel très bien expliqué si vous ne savez pas comment procéder) en prenant soin de ne pas coudre la totalité des cotés afin de pouvoir inclure le restant de fermeture éclair par la suite!

Epinglez le bustier au jupon et assemblez la fermeture éclair!

J’ai réalisé un ourlet plus court sur la doublure afin d’accentuer le jeux de transparence de la mousseline, et ai glissé deux élastiques dans l’ourlet des manches . Une grosse ceinture à nouer façon papier cadeau et le tour est joué!

 

TaaaAAdaaA !

 

J’adore cette série de photo réalisée par Charlène Pélut dans le puits de lumière de l’Hotel Pams. Un hôtel particulier magique et absolument hors du temps, à découvrir sans faute si vous êtes de passage à Perpignan. Un grand merci également à Isabelle, créatrice Perpignanaise de Comme des Soeurs pour le prêt de sa magnifique collection de bijoux Hécate qui complète avec élégance ma tenue de fête hand made… Je vous souhaite à tous de passer un joli Noël, lumineux et festif, entourés et chéris par les vôtres ❤

DIY décoration de Noël slow « nature chic » pour 0€

Cela fait quelques années maintenant que j’ai délaissé les boules de Noël scintillantes colorées et criardes « reines du kitch » pour une décoration plus naturelle, slow et synonyme de retour à l’essentiel. J’adore Noël ainsi que toute la magie et la féérie que cette période peut véhiculer, mais les fêtes de fin d’année sont également synonymes d’excès, de consommation à outrance et de démesure… Pourtant il m’est impensable de passer à coté de la décoration, qui donne à la maison des airs de fête et me permet de patienter jusqu’à Noël…

Soyons réalistes, un Noël écologique ça n’existe pas en vrai, et moi même suis très loin d’être exemplaire en terme d’écologie, alors je ne permettrais en aucun cas de donner des leçons… mais chacun d’entre nous peut faire un petit pas pour éviter un tant soit peu le gaspillage! Un peu de recyclage en ré-utilisant des décorations de l’an passé, de l’ypcycling de décorations dont on s’est lassé, une jolie récolte de végétaux brindilles et autres pommes de pin… un brin de suite dans les idées et le tour est joué!

J’adore mon sapin et la décoration de ma cheminée que je trouve cosy et chaleureuse, le soir à la nuit tombée lorsque l’on allume toutes ces bougies la maison devient magique et je prend énormément de plaisir à contempler cette ambiance un thé brulant à la main. La nature regorge de merveilles et il suffit de si peu de choses pour la mettre en scène et l’inviter à embellir nos intérieurs!

Chacune de ces décorations fait l’objet d’un tutoriel à lui seul et vous pourrez piocher et choisir ça et là vos projets de réalisation DIY! Le tutoriel des boules en pommes de pin ainsi que celui des pampilles en argile ont tous deux été recyclés et trouvent parfaitement leurs place dans ma création de cette année je trouve! N’hésitez pas à me donner vos avis sur mon sapin et sa décoration naturelle 100% handmade , ainsi qu’a partager vos astuces pour une fête de Noël plis respectueuse, vous savez a quel point j’aime vous lire!

DIY décoration en rondin de bois

Il vous faudra:

Une branche de bois débitée en rondins // une perceuse // de la cordelette naturelle type sisal // Un feutre posca blanc // Un stylo noir

Percez le haut des rondins, glissez un morceau de cordelette et faites un noeud pour pouvoir les placer dans les branches de votre sapin. Avec un posta blanc, dessinez dans chaque rondin un motif de flocon, d’étoile enneigée etc… vous trouverez toute l’inspiration nécessaire sur Pinterest faites moi confiance! Repassez le bords de votre motif avec un stylo à pointe fine noire afin de donner un peu plus de profondeur à vos petites illustrations!

 

Etoiles en branchages

Il vous faudra:

5 petites branches par étoile // du fil un peu épais // de la cordelette en sisal

Attachez vos branches entre elles en nouant et enroulant du fil autour de celles-ci. Utilisez le schéma photo pour le montage de l’étoile. Attachez ensuite un morceau de cordelette sur le haut de vos étoiles!

Boules moches upcyclées façon boule de neige

Il vous faut:

Un assortiment de boules moches qui trainent dans votre grenier // de la colle blanche // du papier W.C blanc // de la peinture noire

Commencez par retirer les attaches de vos boules de Noël. Enduisez-les de colle blanche et appliquez des morceaux de papier toilette déchiquetés . Réalisez ainsi plusieurs couches afin d’apporter texture et « moelleux » à vos boules de neige! Utilisez un peu de peinture noire sur les attaches, pour créer une unité, avant de les repositionner sur les boules.

Etoile du berger en fil

Il vous faut:

Du fil un peu épais // du carton recyclé d’un emballage

Découpez une forme d’étoile dans un morceau de carton et enroulez de fil blanc de sorte à recouvrir entièrement le carton!

Bougeoirs en rondin de bois

Il vous faut:

Une branche de bois débitée en rondins // Une perceuse // Un marteau & des clous //

Utilisez votre perceuse afin de faciliter l’insertion d’un clou au centre de votre rondin. Ne cherchez pas à enfoncer directement le clou dans votre rondin au risque de briser celui ci… Une fois votre clou en place il vous suffira de le chauffer à l’aide d’un briquer et d’insérer une bougie sur celui ci!

 

La guirlande quant à elle a été réalisée en piquant à la machine des confettis géants en papier blanc… 0€ donc pour moi qui était déjà en possession du matériel utilisé, mais si vous devez investir dans un posca et une bobine de cordelette je vous assure que vous vous en tirerez certainement mieux qu’en achetant des décorations de Noël dans le commerce! Si vous n’avez pas de perceuse, lancez un appel à la cantonade ou adressez vous à un atelier partagé qui loue ce genre de matériel à l’heure pour vous permettre les réalisations les plus folles que vous avez en tête!

J’adore la beauté brute de mon sapin de Noël, le méli-mélo de textures et de couleurs que les végétaux divers amènent! Lorsque je le regarde j’ai réellement envie de mettre le temps sur pause et de profiter du moment en toute simplicité. De la jolie musique , un plaid, une fournée de biscuits à la cannelle en train de dorer, un thé et un bon bouquin et me voila super apaisée! Pour la première année, dans notre appartement de Perpignan, nous avons une vraie cheminée, définitivement « symbole ultime de Noël » et la petite composition de bougies et végétaux dans les bocaux qui fait écho à mon sapin me plait énormément! L’étoile géante posée sur son manteau a été réalisée sur le même principe que les petites étoiles branches à suspendre dont l’explication se trouve plus haut!

 

TaaddaaAAAA

Un immense merci à Charlène Pélut pour ses photos féériques absolument magnifiques ❤ j’espère sincèrement que cet article vous plaira autant que ce qu’il ma plu a être réalisé et photographié…

DIY bonnet en cachemire – upcycling d’un pull rétréci

L’accident est vite arrivé… Un pull en cachemire au fond du panier à linge en attente d’un lavage main qui passe à la machine par inadvertance, cycle pas délicat du tout… Le résultat est sans appel… Il est fichu… Si cela ne vous est jamais arrivé, je vous jalouse sincèrement …

Je suis une personne assez créative comme vous avez pu le constater par ici, relation de cause à effet ou non,  les « taches ménagères » ne me passionnent pas particulièrement… J’aime le propre et le rangé, donc je m’y attèle sans trop rechigner, mais il faut bien l’avouer, je ne déborde pas d’enthousiasme à l’idée d’effectuer ces basses besognes. C’est donc avec une euphorie très modérée que je lance mes machines – bref- sale histoire, ce pull oublié a bel et bien rétréci…

Deux solutions s’offrent à nous dans ce genre de situation:

-Pleurer (quand on connais le prix d’un pull en cachemire c’est une réaction sensée ma foi!) râler, jurer qu’on ne vous y reprendra plus, et vous flageller pendant une période indéfinie (qui variera en fonction du prix du pull qui jadis fut votre préféré) voire même envisager un jeûne drastique, pour pouvoir à nouveau rentrer dedans.

-Foutu pour foutu, essayer de transformer le pull désormais microscopique en quelque chose d’autre… La marge de manoeuvre n’est pas grande il faut l’avouer (relatif à la quantité de textile restant, que votre lave linge a eu la délicatesse de vous restituer…)

Vous commencez à me connaître … J’ai opté pour la seconde option… Transformer le désarroi en énergie créatrice! Cela faisait longtemps que j’avais envie d’un bonnet en cachemire , chaud et doux à la fois, un peu loose, qui réchaufferai élégamment mes looks et mes oreilles…

Pour ce DIY du bonnet qui donne un sens aux accidents de machine à laver, il vous faut:

Un pull rétréci en machine à laver (ou bien un pull dont vous vous etes lassé et que vous ne portez plus) // Une machine à coudre (optionnel, vous pouvez très bien réaliser les coutures à la mano si le coeur vous en dit!) // du fil coordonné // Un bonnet un peu lose qui vous servira de modèle

Etape 1:

Coupez dans le vif!  Sans plus de cérémonie, posez votre bonnet modèle sur votre pull et découpez tout autour de sorte à en copier la forme. Vous obtenez ainsi deux faces de bonnet.

Etape 2

Sur chacune des faces, tracez/coupez/épinglez/piquez un petit soufflet sur le haut du bonnet. Le mien mesure 8cm (sur 3cm de profondeur).

Cette étape permettra de donner une forme à votre futur bonnet et d’éviter l’effet tube tête de b*%!€ …

J’ai réalisé une couture au point droit que j’ai ensuite sécurisé avec un point zigzag. j’avais déjà un pull rétréci je me suis dit qu’il était inutile de jouer avec le feu et de risquer d’obtenir un bonnet qui se dé-tricotte…

Etape 3:

 

Posez vos deux face de bonnet endroit contre endroit, épinglez et piquez tout autour. Vous n’avez plus qu’a le retourner et c’est réglé!

Taaaaaddddaaa !!!

Avec les manches restantes vous pourrez réaliser non pas un, mais DEUX headbands ( bah ouai… un pull: deux manches: deux headbands!) je vous propose d’un garder un et de glisser le second sous votre sapin de Noel 😉

Qui aurait cru qu’un accident de machine à laver vous permettrais tant de possibilités !

Un grand merci à mon lave linge sans qui tout ça ne serait jamais arrivé ainsi qu’a ma talentueuse photographe Charlène Pélut pour ses jolis clichés baignés par la douce lumière hivernale en Camargue ❤

Et vous? cela vous est il déjà arrivé de bousiller un vêtement et de le transformer par la suite?

DIY Calendrier de l’avent à tiroirs boites d’allumettes (durable et réutilisable)

Vous me connaissez (si ce n’est pas encore le cas bonjour et bienvenue!)… Vous savez à quel point j’adore Noël et la période qui précède le D-Day … Chaque année, j’essaye de concevoir un calendrier de l’avent différent que je destine à celui qui partage ma vie!

Je ne sais pas à qui ce calendrier fait le plus plaisir… A lui, qui ouvre chaque jour un petit cadeau ou bien à moi qui pense, cogite, manigance et fabrique!    Cette période d’attente et de préparatifs me plonge chaque année dans un état d’excitation extrême ou je ne suis que miel guimauve et cannelle …

Cette année j’ai eu envie d’un calendrier de l’avent simple à réaliser, qui pourrait être réutilisable, par soucis de durabilité… D’autres DIY seront d’ailleurs à venir sur le blog cette année dans cet esprit, stay tuned si cette thématique vous intéresse… Ce calendrier de l’avent pourra être recyclé l’année prochaine, puis la suivante, et celle d’après! A l’intérieur on pourra y glisser des chocolats et biscuits de Noël maison pour les gourmands, des places de cinéma, des mots d’amour, des « bons pour… », des petits objets mignons, un clé usb avec de la musique, des petites photos imprimées, des souvenirs de vacances, des gages ou même des blagues si vous êtes d’humeur facétieuse!

Le matériel utilisé pour la création de mon calendrier de l’avent 2018 m’a été offert par le site creavea  il vous faudra compter moins de 25€ pour réaliser le votre. Voici la liste du matériel dont vous aurez besoin:

24 boites format boites d’allumettes (ou 24 boites d’allumettes vides si vous avez eu la présence d’esprit de les conserver en vous disant « un jour ça pourra me servir »!) // Un rouleau d’adhésif double face // Un set de tampons encreur chiffres et de l’encre noire // Du ruban de satin // De la colle forte // Un rouleau de making tape noir // Une feuille de bois

Etape 1:

Tamponnez chacune des boites de sorte à les numéroter de 1 à 24 

Etape 2:


Découpez 24 morceaux de ruban de 8cm. Sur le bas de chacune des boites (sur la partie intérieure) centrez et collez votre ruban en créant de petites boucles qui serviront de poignées à vos petits tiroirs. Réalisez cette étape 24 fois, pour chacune de vos boites!

 

Etape 3:

Prélevez les 24 parties supérieures de vos boites et assemblez les entre elles, 4 à 4, en utilisant de l’adhésif double face, selon les explications photo ci dessus.

 

Etape 4:

Utilisez votre rouleau de making tape afin de recouvrir les tranches visibles de l’assemblage de vos boites en utilisant la méthode décrite en photos et assemblez les 6 rangés de 4 boites entre-elles. Cette étape est un peu longue et fastidieuse mais c’est ce qui permettra également un rendu net et uniforme pour votre petite commode à cadeaux de l’avent!

 

Etape 5:

Découpez 3 rectangles aux mesures des tranches de votre « commode » à tiroirs de l’avant dans vos feuilles des bois et fixez-les sur celle ci en utilisant à nouveau de l’adhésif double face.

Vous pouvez bien entendu utiliser de la colle pour chacune des étapes ou j’ai eu recours à de l’adhésif double face, mais le gros point fort de celui-ci est qu’il ne demande aucun temps de séchage et qu’il évite la formation éventuelle de coulures et de paquets! Encore une fois c’est vous qui créez, c’est vous qui décidez!

 

TaaaAAddAaaa !

Remplissez vos petits tiroirs de cadeaux de votre choix, récoltez quelques pommes de pins et végétaux, ajoutez une guirlande lumineuse et de la neige artificielle pour la mise en scène et le tour est joué…

Il vous reste une semaine pour réaliser votre joli calendrier de l’avent… La bonne nouvelle c’est que le matériel nécessaire pourra vous être livré en 48h… 

Alors? Convaincues par un calendrier de l’avent éco-responsable? Vous avez déjà réalisé votre calendrier 2018 mais vous souhaitez garder cette idée merveilleusement fantastique de coté?! Epinglez le sur Pinterest!

CALENDRIER PINTEREST

Un immense merci à Charlène Pélut pour se jolies photos ainsi qu’a Creavea pour le matériel offert pour la réalisation de ce calendrier 

DIY parure de lit Monogramme façon linge ancien

Si vous me suivez sur les réseaux sociaux, vous savez peut être que j’ai récemment participé à un concours de talent organisé par la plateforme https://ouiaremakers.com et https://www.camif.fr qui lance une game de linge de lit éthique, écologique et responsable, personnalisable à votre envie grâce à un kit de customisation. Je suis très fière et heureuse de vous annoncer que ma création a été retenue et qu’en compagnie de http://www.mesderniereslubies.com j’ai été désignée gagnante du concours! Un grand merci à celles et ceux qui ont encouragé mon projet!

Lorsque la camif a fait part de son joli projet de personnalisation d’une parure de linge de lit, j’ai immédiatement pensé aux draps anciens que l’on trouve dans les armoires des vielles maisons.

Dans ma famille, nous collectionnons ces trousseaux de jadis, et j’affectionne particulièrement leur signification. Les jeunes filles à cette époque tissaient, piquaient et brodaient leur parures de lit, en préparation de leurs mariages. Le mot trousseau vient du verbe de l’ancien français « trousser » qui signifie mettre en paquet, ainsi le trousseau était le paquet de vêtements que la jeune fille emportait lorsqu’elle gagnait son nouveau foyer.

Aujourd’hui, pas vraiment le temps de tisser broder et coudre sa parure de lit… Mais avec le kit de personnalisation de linge de lit, j’ai pu réaliser ma parure monogrammée en quelques heures! J’ai choisi d’entrelacer l’initiale de mon prénom et celle de mon compagnon dans une couronne d’olivier, symbole de sagesse, de fidélité, d’abondance et de paix.  J’ai également ajouté une frise reprenant l’idée visuelle d’une broderie dite « jour échelle » que l’on retrouve souvent sur les trousseaux anciens.

Materiel:

Etape 1:

Si les initiales que vous avez décidé d’apposer sur votre parure de lit sont « A&E » il ne vous reste plus qu’a imprimer la grille de motif réalisée … Si non (personne n’est parfait!) utilisez l’alphabet calligraphié mis à votre disposition et ajoutez de part et d’autre vos couronnes d’olivier.

Imprimez votre motif et fixez le à une vielle radio grâce à du ruban adhésif pour réaliser un pochoir.

Evidez les parties pleines à l’aide d’un scalpel de précision en prenant appui sur une grande planche à découper.

Etape 2:

Centrez votre motif sur les taies d’oreiller et sur la housse de couette. Utilisez du ruban adhésif pour éviter que le dessin ne bouge et tracez en les contours à l’aide d’un crayon à papier à pointe fine.

J’avais dans l’idée d’appliquer la peinture directement avec mon pochoir, mais en réalisant mon essai sur le carré de textile de test, fourni dans le kit de réalisation, je me suis aperçue que mes détails les plus fins apparaissaient comme fondu sur le tissu… J’ai donc décidé de remplir mon motif au pinceau, certes plus long, mais réellement plus esthétique! Ce carré de test est réellement une bonne initiative car une fois la peinture appliquée , il est impossible de revenir en arrière…

Etape 3:

« la patience mène à bien, la précipitation à rien »… prenez le temps de méditer ce proverbe lorsque vous remplirez votre motif à l’aide d’un pinceau à poils fins ! Afin d’éviter que l’éventuelle surcharge de peinture ne dégorge sur l’autre face de votre taie ou de votre housse de couette, glissez une feuille de papier épais entre les deux couches de textile.

Réalisez cette opération pour chacune des taies ainsi que pour la housse de couette.

Etape 4:

Appliquez deux bandes de making tape espacées d’1cm à 15cm du bas  de votre motif. Avec votre pinceau tracez de petits traits fins verticaux le long de cette bande. Une fois la peinture sèche, retirez le scotch de masquage et tracez les lignes horizontales en vous aidant des barres verticales que vous aviez tracé.

La fixation de la peinture se fera ensuite en « cuisant » la couleur à l’aide d’un fer à repasser. Ces explications se trouvent dans le kit de réalisation, qui comprend une fiche technique d’entretient de votre linge personnalisé.

TaaaAAdddAAaaa

Je suis vraiment enchantée du résultat! Ma parure de lit a été lavée à 60°C afin de retirer les traces de crayon, et la peinture est totalement intacte!

J’imagine déjà cette création sobre et élégante comme pouvant faire l’objet d’un cadeau de mariage pour des proches… Un joli clin d’oeil à cette tradition oubliée, doublé d’une attention 100% personnalisée et réalisée avec amour, il n’y a pas plus touchant comme cadeau je trouve!

Je n’ai utilisé qu’une seule des couleurs proposées dans le kit par affinité personnelle, mais je suis certaine qu’il est possible d’obtenir quelque chose de ravissant en mélangeant plusieurs teintes.

Un grand merci à https://www.charlenepelut.com pour ses photographies douces et délicates de cette jolie parure de lit, ainsi qu’a la Camif pour sa confiance en mon projet de personnalisation de cette parure de lit.

DIY « bucket bag »en cuir croco, facile et sans patron

Il parait que les sacs à main des femmes en disent beaucoup sur leur personnalité… Leurs formes, leurs tailles, leurs coloris, leurs matières et leurs contenus sont autant de codes (que nous voulons bien laisser apparaître…) à déchiffrer ou à laisser en suspens, c’est selon… Je suis toujours amusée face à la réaction de mon compagnon lorsque je lui demande de fouiller dans mon sac pour me faire passer quelque chose qui se trouve à l’intérieur… L’horreur sur son visage dans un premier temps, osera-t-il? Osera-t-il pas l’intrusion dans ce monde si mystérieux?… Puis le renoncement résigné lorsqu’il me tend l’objet maléfique et bordélique en disant « tu trouveras certainement mieux que moi »…

Je ne vais pas déballer mon sac par ici (mwahaha…)  mais le fait est que je suis plus du genre Mary Poppins que minaudière… Sorte de trousses à outils que je rêverai sans fonds, j’aime mes sacs à main profonds, histoire de pouvoir transporter tout ces petits « au cas où… » que je trimballe en permanence. C’est la raison pour laquelle j’affectionne particulièrement la forme « bucket » appelé également bourse ou seau.

Coté matière, j’étais tombée sur un morceau de cuir au tannage végétal travaillée façon croco dans ce joli coloris cognac chez Fages & Aiglon dont les entrepôts (AKA caverne aux milles merveilles) se trouvent près de chez moi. Le cuir était très épais et j’avais quelques appréhensions à le travailler avec un machine à coudre non professionnelle, mais en utilisant une aiguille « spécial cuir » neuve, tout s’est très bien passé et je suis ravie du résultat!

Si vous avez quelques appréhensions ou si vos convictions personnelles vous empêchent d’utiliser du cuir,  vous pouvez faire un essai ou réaliser ce tutoriel avec un simili-cuir ou un tissu un peu épais, type tissu d’ameublement. Il vous faudra simplement prévoir d’ajouter des oeillets en guise de finition! Et puis si vous êtes du genre minimaliste XXS divisez les dimensions de ma création par deux ! Ainsi tout le monde peut y trouver son compte!

Pour ce DIY qui à plus qu’un tour dans son sac, il vous faut:

Un morceau de cuir de 40x87cm // 4 bandelettes de 1,5x60cm // Un fermoir boucle en laiton doré // Une pince perforatrice à cuir // Des aiguilles de machine à coudre spéciales cuir // Du fil ultra résistant // Un morceau de tissu de la même dimension pour la doublure// Un cordon coordonné en cuir // Un morceau de ruban en gros grain.

Etape 1:

Aidez vous du schéma ci-dessous pour la découpe de votre morceau de cuir.  Repliez en deux et piquez les deux cotés.

 

Etape 2:

Repliez le sac afin de rabattre les cotés sur le dessous toujours sur l’envers. Piquez à la machine et retournez sur l’endroit.

 

 

Etape 3:

 

Réalisez les mêmes étapes pour la doublure et venez la glisser à l’intérieur de votre sac. Je n’ai pas réalisé de poches intérieures car je ne m’en sert jamais, mais vous pouvez facilement en ajouter à votre création si le coeur vous en dit!

 

Etape 4:

Repliez et faites un ourlet. En guise de finition j’ai par la suite ajouté un morceau de gros grain sur le haut de mon sac… Mais j’ai bêtement oublié de photographier cette étape. Idem pour la fixation de la bandoulière… mais je vous rassure, rien de sorcier!  Les bandoulières ont simplement été cousues de chaque coté du sac, et le gros grain a été replié en deux, comme on le ferait avec du biais, et cousu au ras plus près du bord avec une piqûre simple!

Pour ce qui est des bandelettes de bandoulières, superposez deux bandes collées entres elles avec du ruban adhésif double face et réalisez une piqûre de chaque coté. Terminez en pointe une des deux extrémités et glissez votre fermoir en laiton dans la seconde.

Perforez le tour de votre sac afin d’y glisser le cordon de cuir qui servira à la fermeture en coulissant !

 

 

TAaaadddAAAaa !

Merci à  Charlène Pélut qui réalise une fois de plus une série de photos dignes d’une grande marque de maroquinerie , ainsi qu’a Studio Maison Mardi pour cette magnifique illustration de feuille de palmier réalisée grâce à un robot traceur au feutre pointe fine sur papier. Vous pouvez suivre leurs actualités sur Instagram ici et 

DIY Jupe droite Léopard (sans patron)

Je suis une inconditionnelle de l’imprimé Léopard que je porte et collectionne (au grand dam de mon compagnon) depuis des années… Attention je distille ça et là quelques touches, on est pas au cirque non plus… Mais pour être tout a fait franche je trouve cela plutôt injuste de lui coller, sans concession, les diverses étiquettes qu’il peut avoir… Vielle peau à fourrure, cagole à créoles, fille à la jambe légère… Chacun y va de son imaginaire!

Pour moi, c’est l’imprimé fun par essence… Il dé-dramatise un total look noir, peut se montrer tantôt glamour façon pin-up ou carrément punk-rock. Il joue avec les codes et c’est cela qui me plait… Je n’ai jamais l’impression d’être vulgaire ou provocante lorsque je porte l’imprimé félin, mais j’ai vraiment l’impression qu’il y a deux écoles: celles qui aiment sans retenue … et celles qui détestent sans compromis!

Fort heureusement, le tutoriel que je vous propose aujourd’hui pourra être réalisé dans l’imprimé de votre choix… Ou même dans un tissu uni si ça vous chante ! La forme de cette jupe est facile à réaliser et à porter au quotidien, a vous de voir à présent si vous êtes prête à vous encanailler de la silhouette!

Pour cette jupette toute bête (graaaooouuu), il vous faudra:

1 metre de tissu // 1 fermeture éclair invisible // du fil coordonné // des ciseaux, épingles et une machine à coudre // une jupe qui vous va bien

Etape 1:

Repliez votre jupe en deux et posez la sur votre tissu plié en quatre. Découpez tout autour de la forme de votre vêtement en ajoutant 1cm de valeur de couture. Vous obtenez ainsi 4 morceaux identiques.  Découpez également une bande de 8cm sur la dimension de votre tour de taille (+quelques centimètres, mieux vaut plus que moins dans ce cas là!).

Etape 2:

Positionnez et épinglez endroit contre endroit deux face « doit » ainsi que deux faces « gauche » . Réalisez une couture à 1cm du bord. Aplatissez au fer à repasser.

Etape 3:

Assemblez à présent de « devant » de la jupe. Laissez l’arrière pour l’instant nous y reviendrons en étape 4… Endoit contre endroit à nouveau, on épingle et on pique. A l’aide d’un fer à repasser pliez la bande de tissu qui vous servira de ceinture, puis faite un rempli intérieur de 1cm sur les deux extrémités . Glissez et épinglez cette bande sur le haut de votre jupe et réalisez une couture à 0,5 du bord.

Etape 4:

Ouvrez le zip et posez le, endroit contre endroit et bord à bord sur le tissu. Epinglez. Piquez à la machine en utilisant un pied presser spécial fermeture éclair en vous arrêtant à 1cm du curseur. Réalisez la même opération de l’autre coté.

Il ne reste plus qu’a piquer le reste de votre tissu, dans la continuité de la couture de votre fermeture éclair! Et c’est tout!

Réalisez un ourlet sur le bas de votre jupe (la mienne ayant été coupée bien trop longue jouait un peu trop de la surenchère dans le vocabulaire Vamp’ panthère… je l’ai donc raccourcie un peu au dessus du genou!)

TAAAAaaddddAAAA!

Credit photo Charlène Pélut pour cette séance photo preppy à souhait shootée devant l’escalier Voltaire, dans la ville de Perpignan…

Un petit pull noir, un chapeau et le tour est joué… Alors?! Le léopard ?! Vous franchirez le cap?!

Mon service en Céramique DIY réalisé chez Keramon

Pour Noël l’année dernière, le gros barbu (ou bien était-ce l’un de ses acolytes?!) avait eu la brillante idée de me gâter avec un cadeau bien particulier… 20h de stage de céramique chez Frédérique Brugère à l’atelier Keramon …

Une idée fantastique! –Cher père Noel, si tu lis ces lignes saches que tu peux recommencer la manoeuvre pour le même succès- car en plus d’apprendre une technique, de passer un moment convivial, d’éveiller sa curiosité et de rencontrer de super personnes … (comme si ça n’était pas déjà suffisant !) on repart avec ses créations!

Je n’avais pas eu le temps de réaliser mon stage jusqu’a lors, et cet été, j’ai enfin pu me salir les mains… J’avais envie de vous montrer le résultat et de vous parler de mon expérience après ce stage que j’ai adoré!

L’atelier/boutique de Frédérique se trouve à Montpellier, dans une rue piétonne toute mignonne et dès lors que l’on pousse la porte, l’envie de malaxer, de pétrir, de façonner se manifeste…  De grandes tables conviviales et accueillantes attendent les apprentis plus ou moins confirmés encerclées par les créations douces et élégantes et par l’univers de Frédérique. Une source d’inspiration non négligeable pour un débutant qui ne saurait pas par ou commencer!

 

 

On choisit et on enfile un des (ravissants!) tabliers, le type d’argile ou de grès que l’on souhaite travailler et on commence à malaxer… Frédérique a découvert la poterie auprès de Dany Durgeat et s’est ensuite formée en autodidacte. Aujourd’hui c’est elle qui transmet sa passion et ses techniques de travail de la céramique par une approche intuitive.

Aucun pré-requis n’est nécessaire pour participer aux ateliers de Frédérique. Chaque étape vous sera expliquée en fonction de la technique et du projet que vous souhaitez réaliser et c’est ce qui m’a énormément séduit lors de cet atelier. Ici chacun est libre d’explorer la matière, la technique ou la forme qu’il souhaite créer. Je fantasmais depuis bien longtemps sur un vrai beau service, travaillé dans une game graphique noire et blanche. J’ai donc décidé d’utiliser une argile blanche, travaillée par la technique de l’estampage et du moulage.

 

 

En séchant, l’argile va opérer un retrait et permettre ainsi le démoulage. Les objets seront ensuite lissés à l’aide de divers objets tels que les ébauchoirs et les estèques, les éventuels défauts seront corrigés avec de la barbotine. L’argile non cuite est encore assez facile à travailler, lors de cette étape on accordera un soin particulier aux bordures des objets, au lissage éventuel des parois et à la stabilité des tasses et autres bols une fois posés. Frédérique nous a engagé à signer nos pièces à l’aide de perforateurs et j’avoue que le fait d’avoir apposé mon petit Wba. en dessous de mes créations m’a beaucoup plu!

 

 

 

Vient ensuite le décors de pièces. Là encore c’est à vous de décider! Si vous souhaitez expérimenter la couleur, les jeux de mélange, de transparence, Frédérique vous guidera dans les différentes techniques à employer. Pour ma part j’avais décidé de réaliser mes décors en noir , au pinceau fin ou épais et par tamponnage, grâce à des couleurs liquides. Cette étape demande créativité et concentration et a été réellement épanouissante pour moi. La couleur (le noir dans mon cas!) est très agréable à appliquer. Les pièces seront ensuite cuites à très haute température dans le four de Frédérique afin de leur donner leur solidité définitive.

 

 

 

Une fois sorties du four et refroidies, on applique l’email , qui permettra de pouvoir mouiller vos créations (dans le cas d’un service de vaisselle c’est plutôt pratique…) sans les fragiliser. L’émail n’est toute fois pas obligatoire et vous pouvez également jouer avec celui ci… Emailler uniquement l’intérieur de la pièce pour un vase par exemple, ou bien l’extérieur d’un pot qui accueillera vos plus belles boutures de Piléa … On obtient un joli contraste mat/brillant et j’ai pu voir à l’atelier de ravissantes créations dans ce sens.

Les pièces à présent émaillées seront ensuite cuites une seconde fois à 1000° pendant toute une nuit et vous pourrez repartir avec le fruit de votre labeur (!).

 

Quel bonheur de pouvoir servir un joli repas dans mes assiettes hand-made! Le bilan de ce stage est extrêmement positif! J’ai passé un excellent moment auprès de la douce Frédérique qui est d’une gentillesse incroyable, j’ai pu tester différentes techniques, faire des essais, avoir accès à tout le matériel nécessaire à  la réalisation d’objets en céramique et surtout m’accorder une vraie parenthèse!

Si vous êtes curieuse d’en apprendre un peu plus et de mettre la main dans la terre, Allez faire un tour à L’atelier Keramon vous pouvez également suivre l’activité de Frédérique et la fréquence des stages qu’elle propose sur Instagram 

Je profite également de cet article pour annoncer aux Montpelliéraines (et aux autres aussi!) que cette année encore je participerait au salon Créative avec mes Blopains de la super TeamBlog Montpellier ! J’ai tellement hâte! Ce sera une fois de plus l’occasion de vous rencontrer en vrai et d’échanger avec vous… Des places seront certainement à gagner par ici alors Stay tuned!

Merci à ma talentueuse photographe  Charlène Pélut d’avoir sublimé mes créations ❤

DIY pull-over col dentelle façon Sezane

Dans notre armoire à toutes, il y a ce petit pull-over un peu insipide… On se sait plus trop bien pourquoi on l’avait acheté car il n’a rien d’exceptionnel, mais il est en parfait état, faute de l’avoir porté!

Sur instagram je « follow » (de très très près!) la marque Sezane dont j’adore l’univers et qui est très souvent source d’inspiration pour moi. Un vocabulaire féminin et élégant, beaucoup de subtilité et de délicatesse, un brin d’effronterie parfois aussi…  Dans la collection automne actuelle je suis tombée sous le charme de ce petit pull à col dentelle … Et cela m’a forcement renvoyé à ce petit pull noir qui dormait tranquillement dans mon armoire!

pull Eduardo Sezane - Disponible en plusieurs coloris

J’avais dans l’idée de coudre une bande de dentelle crème directement sur le col du fameux pull-over… Certes cela aurait été réglé en quelques minutes… Mais je me suis également souvenue que ma mère avait acheté un ravissant pull noir ajouré avec de la dentelle blanche et qu’une fois lavé, ce ravissant petit chandail, avait gentiment dégorgé sur la dentelle, le joli petit pull était importable… Il faudra créer un col amovible donc…

Chez Sezane, il semblerait que le col soit pourvu de boutonnières. Pour ma part j’ai décidé d’utiliser des petits boutons pression invisibles.

J’avais récupéré une dentelle ancienne et était déjà en possession du fameux petit pull… Niveau investissement je m’en sort pas mal…

Materiel:

Un petit pull à col rond // 120cm de dentelle ou ruban de votre choix (la version vichy du pull Eduardo de chez Sezane est ravissante!) // Du tissu pour créer le pied de col // Une chute de tissu pour décalquer la forme de votre encolure // Des boutons pression invisibles // Des épingles, du fil, des ciseaux et une machine à coudre

Etape 1:

Posez votre pull bien à plat sur une table et glissez y une chute de tissu repliée en deux. Epinglez le col du pull au tissu afin que celui ci ne bouge pas et tracez la forme de l’encolure. Retirez le traçage, positionnez le à plat et mesurez 3 cm tout autour du trait. Découpez cette forme et assurez vous qu’elle coïncide avec l’encolure de votre pull!

 

Etape 2:

Reportez le patron de votre col sur votre tissu plié en deux et de sorte à en découper deux morceaux identiques en même temps. Endroit contre endroit, épinglez et piquez la partie extérieure du col ainsi que les retours. Retournez et aplatissez au fer à repasser.

 

Etape 3:

A la machine, avec un point droit large et lâche, faite une piqûre le long de votre dentelle sans réaliser de point arrière. Tirez délicatement sur le fil du bas, en maintenant votre dentelle, de sorte à créer des fronces! C’est simple comme bonjour!

Répartissez uniformément les plis, réalisez une petite couture sur les extrémités de votre bande de dentelle et venez ensuite la glisser à l’intérieur de votre col. Faites un petit remplis, épinglez et piquez!

Il ne vous reste plus qu’à fixer les pressions mâle sur votre col, et femelles sur votre pull! Ainsi vous pourrez entretenir séparément votre pull-over et votre col et éviter que la couleur ne dégorge!

TAaaaaaDAaaa !

Merci à ma super #partnerincrime Charlène Pélut pour ses jolies photos poudrées<3

Vous pouvez également consulter les articles de deux blogs que j’aime beaucoup et qui proposent des tutoriels légèrement différents du mien:

La prochaine fois, je m’essaye à une autre version et je tente le col claudine que j’affectionne également beaucoup…! Vous êtes partantes?!

DIY robe portefeuille sans patron

J’ai longtemps pensé que les vêtements aux coupes « portefeuille » n’étaient pas fait pour moi… Jusqu’a ce que les magazines de mode et autres blogs dénicheurs de tendances nous assènent que la robe portefeuille, pièce incontournable cette année, allait à TOUTES LES MORPHOLOGIES (vous avez certainement lu cette phrase hein?!)

Faible je suis … Et curieuse aussi! Alors j’ai eu envie de créer une ces robes qui va a tout le monde…

Je dois avouer que je suis plutôt satisfaite du résultat ! C’est vrai que la forme est plutôt flatteuse pour la silhouette. Le combo décolleté et marquage à la taille donnent une allure très féminine et l’ouverture sur le pan de devant qui laisse échapper nonchalamment une jambe lorsque l’on marche est du plus bel effet… Lors de la découpe de mon tissu, je me suis un peu laissée emporter… Du coup le décolleté de ma robe s’en est trouvé vraiment très plongeant, si vous suivez ce tutoriel pour réaliser votre robe cache coeur, je vous conseille d’être un peu moins aventureuse que ce que je l’ai été, quitte à retailler l’encolure après essayage si cela est nécessaire! Je porte donc ma création avec un petit caraco en dentelle histoire de ne pas laisser échapper un sein … Avec cette robe on joue déjà de la gambette, inutile d’être dans la surenchère 😉

Coté textile, on privilégie de la fluidité et de la légèreté , un crêpe de viscose ou de soie qui danse lorsque l’on bouge sera du plus bel effet. Coté motif , encore une fois c’est vous qui créez donc c’est vous qui décidez… Du fleuri, de l’uni du léo et même du velours… Tout (quasiment hein… ) est permis! Encore un fois pinterest sert aussi à ça! Réalisez un moodboard avant de partir à la recherche du tissu de vos rêves!

250 cm de tissu // fil coordonné //  ourlet thermocollant // machine à coudre, ciseaux, épingles et fer à repasser // Un top qui vous va bien

Etape 1:

Utilisez un top (de préférence marqué à la taille) qui vous va bien pour en copier la forme. Comme nous l’avons vu à plusieurs reprises Ici, Ici,ou Là pliez le tissu en deux et positionnez votre vêtement lui aussi également plié pour en tracer les contours.

« Copiez  » la forme du dos trois fois. Si le top qui vous sert de modèle est long, arrêtez votre découpe un peu en dessous de la taille. Sur deux des trois découpes, tracez puis coupez deux diagonales partant du bas gauche vers l’épaule droite (et inversement) afin de créer votre ouverture cache coeur. Tracez et coupez ensuite deux manches.

Pour le bas de la robe, j’ai utilisé la largeur totale de mon textile (140cm X la longueur désirée) découpez également une bande pour la ceinture de 12x 300cm.

Etape 2:

Assemblez les épaules endroit contre endroit, épinglez et piquez l’arrondi des manches puis les cotés et dessous des manches. Essayez votre « top » cache coeur et ajustez la découpe du décolleté si nécessaire. Ayant été un peu trop généreuse avec la mienne, j’ai décidé d’effectuer un ourlet simple sur mon encolure en utilisant une bande d’ourlet thermocollant ( Alex la débrouille bonjooouuuur…)

Etape 3:

Dépilez votre top, epinglez et assemblez le bas de la robe sur celui ci. Piquez et retournez votre ceinture et positionnez là sur cette la jonction du haut et du bas de votre robe. Répartissez la longueur de la ceinture de manière égale des deux cotés de votre robe afin de pouvoir la nouer autour de votre taille par la suite. Réalisez une surpiqure sur le haute et le bas de votre ceinture au ras du bord.

Il ne vous reste plus qu’a créer une boutonnière sur l’un des deux cotés afin de pouvoir y glisser votre ceinture pour fermer votre robe! Réalisez vos ourlets et le tour est joué!

TaaadaAAaAaa !

Me voila donc conquise et finalement convaincue par la forme « portefeuille »… J’imagine déjà en créer une autre, très longue cette fois ci, que je pourrais porter pour des événements un peu plus habillés par exemple… Un joli tissu avec trame lurex qui brille ou bien avec un beau motif baroque… Si vous avez des pistes je suis preneuse!

Je vous met en liens quelques créations « portefeuille » qui pourraient également vous aider dans votre réalisation:

Cette jolie séance photo aux notes automnales a été shootée dans la cour intérieure de la Casa Xanxo, découverte par hasard au grès de déambulations dans la ville de Perpignan. Elle est l’oeuvre de ma #partnerincrime Charlene Pelut  n’hésitez pas à la contacter pour lui faire part de vos jolis projets, elle saura éclairer vos clichés de manière élégante et naturelle lors de séances pleines de vie et de bonne humeur ! Faites lui confiance les yeux fermés, parole d’Abeille!